Le Havre, Patrimoine mondial

Le quartier du Perrey

Les immeubles

La reconstruction fut l'objet de nombreuses expérimentations sur le plan architectural. Tel un véritable laboratoire, le centre reconstruit compose avec différentes formes de bâti correspondant au concept de l'Atelier Perret. Les ISAI (Immeubles Sans Affectation Individuelle) ou encore la Résidence de France sont les emblèmes du mouvement moderne du XXème siècle.

Les ISAI (Immeubles Sans Affectation Individuelle)

Conçus en 1946, les Immeubles Sans Affectation Individuelle sont préfinancés par l’Etat afin d’expérimenter rapidement les méthodes de construction. Ce sont de véritables prototypes.

Bordant la place de l'Hôtel de Ville, les ISAI sont des îlots carrés surplombés d'une tour. Ces habitations ont la particularité de posséder un coeur ouvert végétalisé. Les 352 appartements traversants jouissent d'un ensoleillement optimal.

Ces constructions font la démonstration du savoir-faire de l’Atelier Perret dans l’utilisation du béton intégrant l’ossature poteaux-poutres et les éléments de remplissage préfabriqués, avec une subtile gamme colorée allant du beige au violet. Ces îlots définissent aussi la trame de 6,24 mètres norme qui, d’un point de vue économique, facilite l’exécution d’éléments standardisés et, d’un point de vue esthétique, inscrit « la ville en mesure », régissant les vides et les pleins « telle une harmonie musicale ».

La Résidence de France

Située face au port de plaisance avec vue sur mer, cette résidence de 1 200 logements est réalisée par les architectes George Candilis et Jacques Lamy à partir de 1964. Proche des membres dissidents du Mouvement moderne réunis dans le Team-Ten, George Candilis souhaite s’émanciper des principes d’alignements, notamment du module orthogonal utilisé par l’Atelier Perret. Au sein d’une parcelle de cinq hectares, l’organisation spatiale est ici régie par une trame hexagonale dans laquelle patios, passages et coursives se substituent à la rue traditionnelle pour distribuer habitations, commerces et espaces verts. Pourvu de vastes appartements dotés de larges baies et de balcons, l’ensemble est très prisé pour sa vue sur mer et sa proximité avec le port de plaisance.

A l’extérieur du centre reconstruit

Construit de 1947 à 1951 par l’atelier de Reconstruction du Havre et dirigé par Perret, les bâtiments de l’Avenue Jean Jaurès comportent 70 logements et des commerces au rez-de-chaussée. Ils reprennent le modèle des immeubles d’habitation de l’Hôtel de Ville pour la trame, la structure porteuse et les panneaux de façade. La tonalité rose-orangée prononcée des façades apporte une touche de gaieté visible depuis l’arrivée en train au Havre.