Le Havre, Patrimoine mondial

Volcan

L’espace Oscar Niemeyer

L’espace Niemeyer se situe dans le prolongement du Bassin du Commerce, l’un des paysages essentiels du centre-ville, sur une place carrée de 120 mètres de côté, entourée au sud, au nord et à l’ouest par des immeubles de l’atelier Perret à trame orthogonale. Oscar Niemeyer n’a pas voulu concevoir des bâtiments dont la forme entrerait en contradiction avec l’architecture environnante. C’est un architecte conscient de l’emprise urbaine de son œuvre : il joue sur les oppositions d’échelles, de masses et de niveaux. 

Les volumes et la potentialité du béton

Dès son premier projet, plutôt que de réaliser un unique bâtiment dense, Oscar Niemeyer propose le système du forum en contrebas des rues avec des boutiques abritées sous des marquises en béton et deux bâtiments circulaires (le théâtre et la salle polyvalente) reliés par une grande dalle comprenant l’accueil, les expositions, les restaurants, la garderie et les bureaux de renseignements. À 3,70 mètres au-dessous de la place, la circulation des piétons est ainsi protégée par un large auvent qui ondule. Cette dalle en cantilever prolonge le sol de la ville si bien que les deux édifices blancs semblent surgir du sous-sol. L’affinement vers le haut de ces volumes de surface gauche amplifie cet élan dynamique. Niemeyer a rabaissé la place pour créer une architecture inédite qui tienne compte du climat (les vents de la mer) et de l’environnement (l’harmonie des bâtiments alentour). C’est une place qui multiplie les dimensions architecturales : les passants ne voient pas les éléments d’un seul point de vue, ils peuvent aussi regarder la place d’en haut. Niemeyer prouve ici qu’il sait adapter au temps havrais son langage architectural inventé au Brésil. Le but de Niemeyer est de dissimuler ce qui peut l’être et de laisser la surface du sol aussi aérée que possible.

Les deux niveaux inférieurs, placés en dehors de l’emprise des bâtiments, au-dessous du forum, abritent le parking.

Les éléments du programme sont répartis entre deux bâtiments distincts : l’un haut et massif, l’autre plus discret et plus ouvert. Cette partition est chère à Niemeyer qui aime séparer des volumes correspondant à des fonctions différentes sans établir de contacts apparents entre eux, notamment au Siège du Parti Communiste français et à la Bourse du Travail de Bobigny. « Quand il y a deux bâtiments, l’espace entre eux existe, il fait partie de l’architecture », déclare-t-il. À la surface aveugle et dissymétrique du théâtre répond la façade régulièrement trouée de meurtrières de la salle polyvalente. De rares ouvertures apportent la lumière naturelle dans les halls, le foyer-bar et les bureaux. La lumière artificielle est conçue de manière à être indirecte.

Les coffrages ont été réalisés avec des planches de bois sablées pour conserver au décoffrage un parement brut aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur des deux bâtiments. Une coloration blanche a été utilisée pour éclaircir les façades, actuellement revêtues de Revcoat.

Le forum est accessible par trois rampes piétonnes : deux larges en pente douce et une en spirale. Cette dernière devait tenir sans point d’appui mais un pilier a du être ajouté. Sa forme appartient au vocabulaire architectural privilégié de Niemeyer (voir les rampes du vestibule d’honneur du Palais Itamaraty ou du salon d’apparat du Palais du Planalto, Brasilia).

L’entrée du public, depuis le forum, s’ouvrait sur un vaste hall d’accueil commun avec la salle de cinéma. Deux escaliers permettent d'atteindre le foyer du public du théâtre. Celui-ci est aussi directement accessible par la rue grâce à des portes à ouverture automatique ménagées sur le plan de la façade du Grand Volcan. La première étude proposait un théâtre de conception nouvelle, avec une scène tournante, de façon à varier la position du public au cours du même spectacle. Cette idée tentait Niemeyer car elle lui permettait ainsi de contribuer à la recherche théâtrale. Mais ce système a été rejeté au profit d’un théâtre classique (ouverture de scène de 27,50 mètres de largeur sur 8,50 mètres de hauteur). L’amphithéâtre de la salle est en forme de coquille. L’ensemble salle/scène occupe la totalité du volume de la coupole dont les parois ont été laissées apparentes. En revanche, la salle polyvalente a un volume de forme moitié hémi-cylindrique, moitié trapézoïdale et possède une surface circulaire libre et modulable (les spectateurs peuvent être de part et d’autre de la scène, l’entourer ou lui faire face).

Niemeyer a également cherché à composer une atmosphère à l’intérieur : les sièges de la salle de théâtre dessinaient un parterre coloré et dans le foyer des miroirs fumés réfléchissent la lumière de façon mystérieuse. La sculpture-fontaine fixée sur le Grand Volcan a été effectuée d’après un moulage de la main de Niemeyer. L’inscription reprend une citation manuscrite de l’architecte en légende d’un croquis de la Maison de la Culture. La sculpture de l’esplanade, disposée quelques années plus tard, a été exécutée par Martine Boileau d’après un dessin de Niemeyer (dépôt de l’État).

L’architecture de ce bâtiment est le fruit de performances techniques. Les volumes sont engendrés par les potentialités du béton (40 000 m3 ont été utilisés). Les nappes maritime et phréatique ont obligé à dresser, sur environ un hectare, un batardeau fermé par une enceinte de parois moulées de 22 mètres de haut. 115 000 m3 de terrassement ont d’abord imprimé en creux les futures formes. 239 pieux de fondation assurent l’assise du bâtiment.

Ici, Niemeyer emploie des surfaces à double courbure comme pour sa chapelle du Palais de l’Aurore (1958-1960) et sa cathédrale métropolitaine de Brasilia (1959-1970). Les deux volumes en superstructures sont caractérisés par une enveloppe béton en coque parabolohyperboloïdique.

Le Petit Volcan est un volume de révolution : un hyperboloïde. Il est formé d’une coque en voiles minces de béton inclinés, appuyés sur des planchers successifs. Son volume est symétrique mais ses parois sont à courbure variable. Un système de coffrages métalliques adaptés aux cadences et à la non-répétitivité des structures a donc été mis en place.

Le Grand Volcan est le volume d’un paraboloïde hyperbolique : la ligne directrice de la construction est une hyperbole contenue dans un plan vertical, qui est le plan de symétrie du volume ; celui-ci est généré par des cercles horizontaux de diamètres variables dont les centres sont situés sur l’hyperbole. Il a été exécuté à partir d’un échafaudage tubulaire imbriqué dans les structures intérieures de la partie basse. Cet échafaudage a été recouvert d’un voligeage général qui a servi de guide et d’appui à un coffrage extérieur en panneaux à parement planches fixé sur ossature métallique à géométrie variable.

Pour éviter une déformation du bâtiment, des études sur le phénomène de dilatation lié aux variations thermiques ont été effectuées. Les plans et les tracés des coques ont été réalisés grâce à l’utilisation d’un programme informatique « HERCULE » dérivé d’un module de calcul spatial de la NASA (cabinet EGI). Tous ces différents calculs tiennent compte du vent, de la température, de l’ensoleillement. Au final, le voile a une épaisseur variable, deux fois plus importante à la base qu’en partie supérieure. Une reprise des efforts horizontaux se fait au niveau du plancher du sous-sol par une dalle de béton armé évidée de plus de 60 centimètres d’épaisseur. La coque est composée d’une isolation thermique et acoustique, d’un pare-vapeur bitumeux, du voile béton et enfin d’une peinture assurant l’étanchéité. Cette technique de « paroi étanche » est alors toute récente.

Au fur et à mesure de l’avancement du chantier, les techniques changent. Cela nécessite une préparation détaillée à chaque phase et la nécessité de composer en permanence des équipes nouvelles. Ce chantier innovant reçoit un grand nombre de visites organisées pour les architectes et techniciens de la construction et des travaux publics français.

La poésie architecturale d’Oscar Niemeyer

L’œuvre d’Oscar Niemeyer est un acte artistique exemplaire au Havre. Ce n’est pas une architecture statique mais une architecture en mouvement, une promenade urbaine et architecturale. La perception des volumes et des espaces est continuellement réinventée selon les déplacements de celui qui les regarde. Le Volcan est caractéristique des recherches plastiques de Niemeyer qui transforme sa construction en sculpture habitable. Entièrement constituée par diverses courbes, la Maison de la Culture s’oppose à l’orthogonalité architecturale en général et au cadre urbain du Havre en particulier. Elle offre un contrepoint au classicisme structurel de Perret et aux typologies de la Reconstruction française. Ces architectures se mettent ainsi en valeur réciproquement : l’une orthogonale et majestueuse, l’autre libre et fluide. Un dialogue s’instaure entre les deux maîtres du béton armé. Avec la passerelle de Guillaume Gillet, le Volcan anime le Bassin du Commerce en provoquant un choc esthétique dans le paysage répétitif du centre reconstruit. Ces volumes blancs évoquent chez les passants les cheminées d’un paquebot. Niemeyer décrit le Volcan comme « une chose non baroque mais avec beaucoup de liberté. » Pour l’architecte brésilien, c’est dans les nouvelles possibilités techniques qu’il faut trouver les voies modernes de la beauté et de la poésie.

Diaporama

27-volcan.jpg
27a-volcan.jpg
volcan.jpg
Inauguration de l'Espace Oscar Niemeyer